Il faut d’abord vous situé. Nous sommes à l’ile de la réunion c’est les vacances, comme tous les ans. ma belle soeur organise une excursion. Cette fois c’est un peu improvisé, elle n’a pas réserver de gite, nous devons donc prendre nos tentes, (avec elle cela ne m’étonne pas).

Le jour du départ  arrivé, nous sommes une petite quinzaine au total. Ma belle soeur, mon neveu, ma soeur, une nièce (les autres, pour moi! se sont des inconnus) . Ma femme, comme tous les ans n’a pas voulu participer (trop de gâdou, lit pas assez confortable, trop fatiguant, etc).

Il est 7 heures du matin on démarre.  je choisi comme toujours d’être le dernier, comme ça je peux mater les fesses. Ma belle soeur extra (gros cul, jambes fines, toutes lisses pas un seul poil) je me met à fantasmer sur son sexe qui je l’imagine doit être aussi entretenu.  Ma jeune nièce, (ado, mais avec déjà un beau popotin, ses jambes un peu maigres, tout à l’heure quant elle a baissé, j’ai maté dans son corsage elle a de tout petit seins, tout mignons).. elle me fait bander quand même. ..Il y a mon neveu un grand dadais avec des guiboles plein de poils ( à faire débander le plus vicieux d’entre nous) » Poua ».  La dernière ..Ma soeur! Ma petite soeur, Je vais quand pas mater ma soeur?….. Après tout, pourquoi pas? Elle ne me voit pas.  Quand on était plus jeune à la maison, Ne l’avais je  pas mater?   Dés qu’elle écartait les jambes, mes yeux essayaient de voir sa petite culotte. Une fois elle n’avait pas mis de culotte (cela m’avait donné matière à me masturber) n’est ce  pas moi qui  me cachais dans le placard de la salle de bain pour la voir nue,( j’ai vu son premier poil, j’ai vu sa touffe, j’ai vu disparaître sa touffe). J’ ai vu aussi la transformation de ses seins.   Du petit pois aux formidables miches que j’ai vu il y a trois ans.

J’aimerais t’en la revoir nue.

La journée se passe banalement comme à une randonné Beaucoup de marche, de fatigue, de sueur.  Il est 4 heure quand on arrive au plateau où l’on doit monter nos tentes, tous les excursionnistes sont affairés. Quand j’entends ma soeur couiner elle pleure presque. Je vais la consoler.  Elle est inconsolable. Dis moi tout « nounou » c’est son petit nom  dans ce cas là.  J’AI pas emmener ma tente, « koi » pas emmener ta tente, impensable. Je cour partout pour trouver une solution…. Rien!.

Ma belle soeur qui a toujours une solution propose.  Elle dort avec toi, Tu as bien un matelas 2 places.  OK mais je te préviens c’est un matelas de 1.20m et ma soeur qui dit, si y a pas d’autre solution on fera avec. Me voila dans de beau drap…. Moi qui bande comme un phoque pendant la nuit, Je suis cette fois dans de salles draps … Bon! Je passe sur les détailles du repas.

Arrive le moment de se coucher. Même à ce moment de l’année à cette altitude il fait froid. Ma « nounou » s’est habillé en pyjama trop grand pour elle « sans doute l’a t’elle emprunter à quelqu’un  »  Ce qui fait que,  quand elle se baissa pour soulever la couverture ses tétés étaient presque dehors…. toujours aussi jolis, un peu plus gros que la dernière fois, ils semblaient durs, ses tétons pointaient comme une femme excitée, où c’était peut être le froid. J’optais pour le froid.

« Jean petit c’est mon sexe » se mit immédiatement au garde à vous. Je me retournai immédiatement pour pas qu’elle voit mon érection . Maintenant qu’elle était sous la couette c’était  à mon tour d’y entrer, j’en profitai  qu’elle tourne sa tête pour me glisser rapidement à côté d’elle…. Je lui tournai le dos car « jean petit’ ne débander pas. j’avais une de ces envies de me masturber… Et! toi! me cria-t-elle, je ne vais quand même parler à ton cou! … Je fus bien obliger de me retourner; On était sous la même couette si près, ce que j’ai si souvent rêvé.

Elle me raconta tout ce qui lui passait par la tête, pendant un bon moment. Moi! je regardais sa petite bouche, ses lèvres., Même, cette bouche m’excitait, il y a des moments où mon imagination s’égarait, je voyai ma bite dans sa bouche.   Elle, me suçant goulûment. Moi, éjaculant dans son gosier. Elle avalant mon sperme me disant que c’est bon. Que je suis le premier à lui faire cela.

Enfin! elle se tut, colles toi à moi, j’ai froid.  Je ne pus faire autrement. Je me collai à elle, Je l’ai prise dans  mes bras.mon nez était dans son cou, je sentai son odeur pour la première fois. Elle sentait bon.  Elle me redit colles toi bien serre moi bien fort,  en faisant un petit mouvement de fesses pour bien se plaquer.

Elle sentit la dureté de ma verge. Je crois que cette petite salope était autant excitée que moi. Négligemment je glissai mes mains dans sa veste de pyjama trop grande pour elle… Elle émit un imperceptible couinement, ce qui m’encouragea pour la suite. De son côté, son petit postérieur  m’écrasait plus fort le pénis.

Je n’en pouvai plus, je là retournai vers moi, d’un geste trop brutal j’enlevai son corsage,( depuis le temps que je voulais voir de près ces petits seins là ); (Depuis le temps que je voulais toucher, sucer, caresser, sentir, ces tétés que j’avais vue épanouir); C’était arrivé, Je les avais, je pouvais assouvir mes fantasmes.

Je pense que se sont les plus jolis seins que j’ai vu, peut être parque  se sont ceux de ma petite soeur, ils ne sont pas énormes, ils me remplissent juste les mains, ses aréoles bien dessinés, bien rond, d’un rose brun,, avec de petits tétons. Je les admirais tellement ( que je restais là figé comme une statut, à les regarder) hou hou fit ma petite vicieuse pour me  ramener à la réalité. Tu rêves? et sans s’arrêter,  elle se retourna.

Descendit sa tête à la hauteur de mon entre cuisse,  elle qui baissa mon jogging, elle ne mit pas directement ma queue dans sa bouche, mais mit sa tête dessus, regarda intensivement la bête comme si elle n’avait jamais vu de bite, se mit à la renifler, à la décâlotter, elle semblait vouloir tout savoir sur cette quéquette, elle pétrissait mes testicules,  ce moment je ne voulais pas qu’elle l’enfouisse sitôt dans sa bouche (car éjaculation trop proche).

J’étais pétrifié, immobile, je savourais l’instant!  Encore une fois d’un imperceptible coup de rein elle me ramena à la chose, j’écartais ses jambes, collais une dernière fois mon nez sur sa chatte à travers son pyjama.

Sans doute à t’elle trouver que je prenais trop de temps, car c’est elle qui baissa son froc, je poussais franchement la couette qui gênait ma vu. Sans doute prit elle cela pour un empressement de ma par!  Car elle de son côté, elle engouffra carrément mon membre dans sa petite bouche que j’avais tant convoitée et pourtant j’ai un assez gros « clito » 20 cm debout. Nounou me lécha avec vigueur, à une telle vitesse, qu’il m’était difficile de me retenir. elle me pétrissait les couilles,. Là encore je la laissais faire. j’appréciais tout en regardant son minou.

Son petit minou rose brun pour les grandes lèvres, ses petites lèvres sont formidables (d’un seul coté elle dépasse bien sa vulve) j’avais jamais vu ça, j’écartais cette petite vulve pour voir son trou (en espérant qu’elle était toujours vierge) mais voila je ne suis pas docteur je ne sais comment c’est, par contre ce que je sais c’est ça sent bon, j’était pressé je voulais tout,  j’écartais donc ses fesses pour voir son trou de fesses, là aussi je ne fus pas déçu, un tout petit trou  (je me demande ce qui peut bien sortir par ce petit trou) très peu plissé (celui de ma femme est beaucoup plus plissé) est (beaucoup plus gros) j’approche mon nez qu’elle odeur! j’adore;

Pendant ce temps la bouche de nounou travaille toujours, elle semble de plus plus exciter car la fréquence a encore augmentée,je suis obligé de lui retirer sa sucette, sinon je vais jouir  dans sa bouche mais c’est pas ce que je veux,

A peine retirer, son jouet de la bouche, que comme une furie, elle se retourne, m’embrasse, prend ma bite et se l’enfonce, dans la chatte, j’ai une petite réaction de recule elle est très serrée, j’ai peur de la faire mal, mais elle, elle s’assit dessus, gesticule du bassin comme une pro, pousse des couinements de plus en plus fort, maintenant c’est des râles, elle jouit comme une salope ma petite soeur, moi je n’en peux plus je pousse de plus en plus fort, je n’ai plus peur de faire mal a cette petite Salope, au contraire, j’ai envie de la faire mal,J’ai envie qu’elle crie de douleur,  j’enfonce sans ménagement un doigt dans son trou de cul, moi, qui croyais la faire mal. Elle adore ça;

Je regrette même de ne pas avoir une plus grande, de pouvoir aller au plus profond de ses entrailles. je lui dis des insanités. Salope, petite pute, vicieuse, à chaque insulte elle me répond par un couinement de plaisir.

Elle me répond, défonce moi, fais moi mal, vicieux, pervers. défonce ta soeur, salaud.

Je n’en peux plus je pousse encore plus fort, mon sexe semble avoir encore grandit, je me crispe, je pousse un grand cris roc et lâche tout. je me vide dans l’impensable « le minou de ma petite soeur).

Comme tous les hommes après un si bon moment on ne pense qu’à dormir.  Mais ma petit salope de soeur, a encore quelque chose à dire….

Elle; Alors es tu content?

Moi, OUI

Elle… As tu combler ton fantasme.

Moi: Comment ça?

ELLE parce que tu croix que je n’ai jamais su ce que tu faisais, exemple me mater dans mon bain, se cacher  dans ma chambre, sentir mes sous vêtements, veux tu que je continu?, t’ais tu demandé pourquoi je prenais autant de temps dans la salle de bain quand tu étais là caché dans le placard?  Que c’était quand tu était là que je m’épilais le minou,   Je sais tout depuis le début frérot…Le Pire, c’est quand tu te déguisais en femme avec ma petite culotte et les sous tifs de maman.

D’ailleurs il n’y a pas que moi que tu matais.   tu penses que maman ne s’est pas aperçue de ton petit jeu?

J’étais tout confus, j’avais honte.

Pour ma défense, je lui rétorquai, dans ce cas tu es une bonne petite salope, si tu savais que j’étais là dans la salle de bain, combien de fois t’es tu masturbée devant moi? si tu savais que je te matais. Pourquoi dormais tu fesses à l’aire? les jambes bien écartées puisque tu savais que je te filmais….Je pense que tu es aussi  vicieuse que moi,  même peut être plus.

Elle me répondit tout simplement que nous sommes une famille de vicieux. Elle me posa une dernière question as tu déja vu maman se masturber?  Elle n’eut pas de réponse car elle dormait.

Il y  aura peut être une suite.